Un équilibre entre l’individu et la société

Une autre caractéristique unique à l’islam est qu’il établit un réel équilibre entre l’individualisme et le collectivisme.  L’islam reconnaît la personnalité individuelle de chaque être et considère chacun comme responsable de ses actes devant Dieu.  Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

« Chacun de vous est comme le berger qui est responsable de son troupeau. Le dirigeant est responsable de ses sujets et il lui en sera demandé compte; l’homme est responsable de sa famille et il lui en sera demandé compte; la femme est responsable de la demeure de son mari et il lui en sera demandé compte; et le serviteur est responsable des biens de son maître et il lui en sera demandé compte. Chacun de vous est donc responsable et sera appelé à rendre des comptes. »

Il a également dit :

« L’homme est responsable des biens de son père et il lui en sera demandé compte.  Vous êtes tous des gardiens de biens ou de gens sous votre tutelle. » (Sahih al-Boukhari, Sahih Mouslim)

L’islam garantit les droits fondamentaux de chaque individu et ne permet à personne de les manipuler, car l’épanouissement de chaque individu est l’un des principaux objectifs de ses enseignements.  L’islam ne souscrit nullement au point de vue selon lequel l’homme devrait perdre son individualité au détriment de la société ou de l’État.

En islam, tous les hommes sont égaux, sans égard à leur couleur, leur langue, leur race ou leur nationalité.  L’islam s’adresse à la conscience de l’humanité et rejette les fausses barrières érigées sur des critères raciaux, de statut social ou de richesse.  On ne peut nier que ces barrières ont toujours existé et continuent d’exister de nos jours encore, à notre époque soi-disant évoluée.  Mais l’islam abolit ces obstacles et propose l’idéal d’une communauté mondiale formant une grande famille de Dieu.

L’islam est international dans sa façon de voir les choses et dans son approche, et il n’admet aucune barrière ni distinction fondée sur la couleur, le clan, le sang ou le territoire, comme c’était le cas avant le venue de Mohammed.  Malheureusement, ces préjugés persistent sous toutes sortes de formes, même de nos jours.  L’islam cherche à unir la race humaine sous une seule et même bannière.  À un monde déchiré par des rivalités et querelles de toutes sortes, il apporte un message de vie et d’espoir et la promesse d’un avenir prometteur.

L’historien A.J. Toynbee a fait d’intéressantes observations en ce sens.  Dans son ouvrage intitulé « Civilization on Trial », il écrit : « Deux sources de danger flagrantes – l’une psychologique et l’autre matérielle – au sein des relations entre ce prolétariat cosmopolite (i.e. le monde occidentalisé) et les éléments dominants de notre société moderne sont la conscience raciale et l’alcool; et dans sa lutte contre chacun de ces maux, l’esprit islamique a un service à rendre qui, s’il était accepté des hommes, se révélerait d’une grande valeur morale et sociale.

La disparition de la conscience raciale entre musulmans est l’un des exploits moraux de l’islam, et le monde contemporain a un besoin criant de se voir inculquer une telle vertu islamique.  Il est probable que l’esprit de l’islam soit le renforcement qui réglera ce problème en faveur de la tolérance et de la paix.

Quant au problème de l’alcool, il est à son pire niveau parmi les populations indigènes des régions tropicales qui ont été « développées » par des entreprises occidentales.  Il demeure que même les mesures préventives les mieux pensées imposées par des autorités externes n’arriveront jamais à libérer une communauté d’un vice social tant qu’un profond désir de libération et une volonté de transposer ce désir en action ne s’éveillera pas dans le cœur des gens concernés.  Les administrateurs occidentaux, du moins ceux d’origine anglo-saxonne, sont spirituellement isolés des indigènes par la barrière raciale qu’ils établissent entre eux.  La conversion des indigènes est donc une tâche au-delà de leurs compétences, et c’est là que l’islam peut avoir un rôle à jouer.

Dans ces territoires tropicaux récemment et rapidement « développés », la civilisation occidentale a produit un plénum économique et politique et, simultanément, un vide social et spirituel.

En ce moment, nous pouvons remarquer deux influences précieuses que pourrait exercer l’islam sur le prolétariat cosmopolite d’une société occidentale qui a jeté ses filets sur le monde entier, enveloppant toute l’humanité.  Tandis que pour le futur, nous pouvons spéculer sur les contributions possibles de l’islam à une nouvelle manifestation de la religion. »

Felixgzuw |
Hendersonkewc |
Howardhzpr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Batterysell
| Gestiondutemps123
| Cumputo